Entreprendre son projet de vie

Arrivé au Québec à l’âge de 20 ans en tant que réfugié, Nelson a frappé à la porte de Constantin Tombet-Moupegnou, notre agent de développement en entrepreneuriat jeunesse, afin d’assister aux ateliers de Démarrage d’entreprise.

La réflexion

Constantin a tout d’abord sensibilisé Nelson aux difficultés inhérentes à un projet entrepreneurial outre-mer. Cherchant à valider les arguments de Constantin, Nelson est retourné dans son pays d’origine, l’Angola, en mission exploratoire. Finalement, il s’est rendu compte que l’investissement de temps et d’argent serait trop considérable et a préféré poursuivre sa réflexion.

Constantin l’a aussi aidé à structurer l’idée de son projet, à évaluer la faisabilité de celui-ci et à prendre connaissance du marché dans lequel il voulait s’investir. En résumé, il lui a appris à analyser son projet sous toutes les facettes et à bien l’organiser.

La formation

P1050318Néanmoins, la leçon la plus importante que Nelson a tirée de son passage au CJE concerne surtout sa prise de conscience du fait que la poursuite de ses études serait une condition essentielle à l’accomplissement de ses projets de vie.

« Si on part en affaires sans avoir les connaissances nécessaires, on risque de tout perdre. Dans mon cas, il fallait que je retourne à l’école. [Avoir des connaissances] c’est une richesse que l’on peut apporter partout où l’on va. Ça reste en nous-mêmes ».

À son arrivée au CJE, il ne travaillait, ni n’étudiait et il lui manquait certains crédits pour valider son diplôme d’études secondaires au Québec.

Conscient du défi qui l’attendait, Nelson a terminé ses études secondaires. Ensuite, pendant deux ans, il a suivi à temps plein la formation en télécommunication offerte par le Centre de formation professionnelle Léonard-De Vinci à la ville Saint-Laurent.

Les responsabilités

En 2011, peu après un stage de fin d’études à Radio-Canada, Nelson s’est trouvé un emploi à Bell Canada comme technicien de systèmes téléphoniques. Aujourd’hui, ses responsabilités vont de l’installation et la réparation à la mise à jour des services téléphoniques, internet et télévision des clients résidentiels de la compagnie.

Ces réussites scolaires et professionnelles de Nelson ont contribué à son épanouissement personnel.

La vision du CJE

P1060002Créer une entreprise n’est pas une condition sine qua non de la réussite de nos jeunes. En effet, pour Constantin Tombet-Moupegnou, « l’entrepreneuriat ne consiste pas seulement en une démarche d’affaires. C’est d’abord un processus qui permet à un individu de prendre sa vie en main et de développer l’estime de lui-même ».

Cette approche a l’avantage de permettre au participant de développer des savoirs : savoir-faire, savoir devenir, savoir-vivre harmonieusement avec soi et avec les autres.

Par ailleurs, la démarche entrepreneuriale du CJE Bourassa-Sauvé consiste à travailler aussi bien sur l’individu que sur son projet. Cette approche humaine de l’entrepreneuriat a pour conséquence, entre autres, de créer une relation de confiance profitable à nos participants. Selon Nelson, « Constantin te donne de l’énergie! »

« Nelson n’a certes pas créé son entreprise, mais il a réalisé son rêve : il a fondé une famille et a un emploi stable. L’accomplissement de son rêve représente sans doute la plus belle “entreprise” que Nelson ait réalisée à ce jour », atteste Constantin.

Mais qui sait, Nelson pourrait aussi récidiver un jour et devenir un entrepreneur au Québec ou en Angola?